1/4
Théâtre d'objets Dès 6 ans

Polar

Cie La Clinquaille  | Vienne

 

« — Au voleur ! Mes rubis ! » Irma Grande est une diva dans tous ses états : Castafiore aussi célèbre pour sa voix que pour la taille des pierres précieuses qu’elle porte au cou à chaque concert, elle se produit ce soir sur la prestigieuse scène de l’Opéra National. Mais voilà : on vient de lui voler son gros collier de rubis ! Seul témoin, le miroir brisé du salon…

« Allo ? Détective Jack Terrence ? À vous de mener l’enquête ! »

Et voici notre chanteuse à l’affût de l’auteur du larcin.

Polar est un jeu d’enquête à hauteur d’enfant. Jack le détective, remonte le fil des événements et reconstitue le passé par la logique. Une machine à écrire, une lampe, des tonnes de paperasse ; les objets de son bureau lui servent à recréer des scénettes au format miniature qui sont filmées et projetées en direct sur un grand écran. « Qui ? Comment ? Pourquoi ? ». La compagnie La Clinquaille invite les mini Agatha Christie et Inspecteur Gadget en herbe, à suivre un jeu de piste…

Un Cluedo au Théâtre !

 

Distribution

Idée originale : Christophe Roche

Mise en scène : Laurent Bastide

Interprétation et musiques : Christophe Roche, Jacques Toinard

Lumières : Ludovic Charrasse

Mécanisme et accessoires : Guillaume Lorchat

Marionnettes : Judith Dubois

 

Production

Production : La Clinquaille

Coproduction : TEC - Péage de Roussillon

Avec le soutien du Théâtre municipal d’Yssingeaux - TEC Péage de Roussillon - Centre Culturel Le Sou à La Talaudière – La Machinerie Vénissieux - Scène conventionnée art et création - Théâtre de Vienne - Le Polaris à Corbas - Salle Léon Curral à Sallanches - Centre culturel Les Quinconces à Vals les Bains - Le Coléo à Pontcharra - La Coloc de la culture à Cournon d’Auvergne - Espace des Halles à La Tour du Pin - Au Bonheur des Mômes au Grand Bornand

La Clinquaille est subventionnée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le Département de l’Isère. Elle est membre de la friche artistique Lamartine à Lyon et de la coopérative doMino.

 

Crédit photos

Daniel Peyreplane