1/3
Théâtre / Masques Dès 14 ans

Dr Nest

cie familie flÖZ  | Berlin

Billetterie & Abonnements : dès le 3 sept.

Dans un établissement psychiatrique isolé, peuplé de destinées traversées par la folie, le Dr Nest embrasse sa nouvelle fonction avec assurance. Curieux et débordant d’empathie, il découvre peu à peu les phénomènes singuliers et énigmatiques qui affectent ses patients : souvenirs effacés, corps fantomatiques, dédoublements de la personnalité...

Le monde du Dr Nest menace de basculer : la ligne étroite qui sépare le normal de l’anormal, les personnes saines des personnes malades, se brouille peu à peu à ses yeux.

Avec Dr Nest, Familie Flöz retrouve les masques et ouvre les portes d’un établissement psychiatrique fictif. La Cie nous plonge dans les mondes étranges où évoluent ses résidents... et son personnel. Le jeu physique, les décors, la lumière et le son créent un spectacle où le comique se mêle au tragique pour raconter la fragilité de toute vie humaine.


« Il s’en dégage une profonde humanité relevée de burlesque, déclenchant régulièrement l’hilarité générale. » L’Humanité, juillet 2018.

 

À Vous !


CIRCUIT COURT

Petite forme artistique à 19h
Gratuit sur inscription

Distribution

Une pièce de : Fabian Baumgarten, Anna Kistel, Björn Leese, Benjamin Reber, Hajo Schüler, Mats Suethoff, Michael Vogel
Avec : Fabian Baumgarten, Anna Kistel, Björn Leese, Benjamin Reber, Mats Suethof
Metteur en scène : Hajo Schüler
Co-Metteur en scène : Michael Vogel
Masques : Hajo Schüler
Musique : Fabian Kalbitzer
Décor : Rotes Pferd (Christian Eckelmann, Felix Nolze)
Costumes : Mascha Schubert
Conception sonore : Dirk Schröder
Lumières : Reinhard Hubert
Vidéo : Martin Eidenberger

Production

Une coproduction Familie Flöz avec Theaterhaus - Stuttgart ; Stadttheater Wolfsburg ; L'Odyssée -
Périgueux.
Avec le soutien de Schleswig-Holstein Music Festival et le Theater Duisburg.
Avec le soutien de Capital Cultural Fund et avec l'aimable soutien du Fonds Transfabrik, un fonds franco-allemand pour les arts du spectacle.

Crédit photos

Valeria Tomasulo