1/2
Création - Théâtre Dès 14 ans

Sabordage

Collectif Mensuel  | Liège

 

C'est l'histoire d'une petite île qui coule à pic, un paradis terrestre perdu au milieu de l'océan, qui, en quelques décennies, connaîtra un véritable miracle économique et terminera en désastre écologique.

À travers la véritable histoire d'un îlot d'Océanie, Sabordage met en lumière les mécanismes humains qui poussent les sociétés à se laisser aveugler par les mirages de la croissance et de la (sur)consommation, jusqu'à l'autodestruction.

Trois comédien·ne·s et deux musiciens remixent en version Rock l'apocalypse annoncée de tous côtés et la grande panique générale qui l'accompagne…

Une fois de plus (on se souvient de Blockbuster, accueilli à Vénissieux), en mélangeant musique live, séquences télé braconnées, théâtre, claquettes, vidéos montées en direct, bruitages et faux dialogues, la Cie convoque les enjeux qui embrasent notre société et, littéralement, notre planète.

La fin du monde ressemble à un feu d'artifice joyeux et délirant. Pourquoi pas ?

 

 

Distribution

Écriture : Nicolas Ancion et Collectif Mensuel

Conception et mise en scène : Collectif Mensuel

Avec : Sandrine Bergot, Quentin Halloy, Baptiste Isaia, Philippe Lecrenier, Renaud Riga 

Scénographie et costumes : Claudine Maus

Direction technique et Création éclairage : Manu Deck

Régie video : en cours

Régie son : Johann Spitz

Montage et vidéo : Juliette Achard

Accompagnement vidéo : Camera-etc et Ian Menoyot

Production

Coproduction : Théâtre de Liège, Théâtre de Namur, Théâtre de l’Ancre, MARS Mons Arts de la Scène, Atelier Théâtre Jean Vilar et DC&J

Création avec le soutien du tax-shelter du gouvernement fédéral de Belgique et de Inver Tax Shelter

En partenariat avec : Théâtre 71 - Scène nationale de Malakoff, Bonlieu - Scène nationale d’Annecy et le Kinneksbond - Centre Culturel de Mamer.

Avec le soutien des Scènes nationales de Châlons-en-Champagne, Valence et du Centre culturel de Verviers ainsi que de la Fédération Wallonie-Bruxelles (service du théâtre). En partenariat avec Arsenic 2.

Crédit photos / Vidéo

Brandon Kawamura

vidéo tirée d'un précédent spectacle